Andréa BESCOND, Victime


Andréa BESCOND, victime de pédophilie, brise le silence à travers un film bouleversant "Les Chatouilles" qui sortira en salle le 14 Novembre 2018. Elle livre un message fort [source: www.facebook.com/brutofficiel]

" Moi, j'ai été victime de violence sexuelle quand j'étais petite, donc, c'est quelque chose qui m'a rendu malheureuse longtemps et il m'a fallu beaucoup de temps pour me sortir de tout ça et pouvoir me réparer.

Souvent les agresseurs d'enfants choisissent un terme un peu joli pour définir le viol. Donc ça peut être des gratouilles, des bonbonneries, j'en sais rien, n'importe quelle connerie, mais en tout cas, c'est un mot joli pour parler de l'indicible, d'une violence extrême.

Ce qu'on voulait montrer avec ce film, c'est à quel point des viols d'enfants et des viols tout court d'ailleurs, peuvent se dérouler en quelques minutes, furtivement, sous les yeux de tout le monde entre guillemet.

Le viol, c'est quelques minutes dans un endroit un peu à part ou ça peut être tout simplement aussi quelqu'un qui glisse sa main sous une table familiale et qui pénêtre l'enfant à coté avec sa main, ça c'est un viol.

En tant qu'enfant évidemment, on n'est pas conçu pour des actes sexuels, on n'est pas prêt, forcément, psychiquement, psychologiquement et physiquement.

Et donc c'est comme si le cerveau disjonctait et il y a cet endroit qui s'appelle la mémoire traumatique où on enfouit ses souvenirs et toutes ces violences. Il y a comme cet instinct de survie qui s'installe. Cette mémoire, elle nous aide, justement, par l'oubli à aller de l'avant et à continuer de grandir.

Et puis un jour, au détour de n'importe quoi d'ailleurs, d'un deuil, d'une joie, d'un mariage, d'une parentalité... et bien on se souvient de tout ça avec des détails hyper précis, c'est d'une violence extrême.

Il faut aussi que la société civile évolue par rapport au regard sur les violences sexuelles, il faut arrêter la passivité passive, de détourner le regard quand on v oit un comportement déviant d'un adulte sur un enfant.

On a une vrai responsabilité d'adulte par rapport aux enfants et dire aux enfants que leurs parties intimes leur appartiennent, qu'il y a des carresses interdites et des secrets qui rendent malheureux longtemps, de leur parler de tout ça, leur dire que personne n'a le droit de toucher ce qu'il y a dans leur culotte, que c'est à eux essentiellement, à eux.

Et que si jamais quelqu'un essayait de faire quoi que ce soit, il faut parler à un adulte responsable qui peut les aider parce qu'il y en a aussi qui aident, il y a des gens bienveillants.

Le vrai complice de la pédocriminalité, c'est vraiment le silence, quoi et le secret."



* LES CHATOUILLES * Bande annonce

 

Un enfant par seconde est violé chaque jour dans le monde.

Nous sommes TOUS concernés par ce fléau : La Pédophilie